Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pays-Bas, Espagne : L’affiche finale de la coupe du monde 2010

Publié le par hb

Les Oranjes face à la Roja ! Voici l’affiche de la finale de cette coupe du monde sud- africaine, pour le moins inédite puisqu’ aucune des deux sélections n’a gagnée le titre suprême. Qui de ces deux capitaine que sont Carles Puyol (Espagne) et Giovanni Van Bronckhorst (Pays- bas) soulèvera le trophée ?

Une chose est sure, Paul le poulpe a choisi l’Espagne ! Le nouveau mentor des pronostiqueurs a jusque là fait un sans faute dans ses choix durant cette coupe du monde ce qui peut donner de l’espoir aux supporters espagnols qui pour une fois verront en ce céphalopode autre chose qu’un ingrédient de paëlla.

Si on s’en tient à l’analyse sportive, les deux équipes n’ont pas le même style de jeu bien qu’assez proche sur le plan tactique. Il faut rappeler qu’avant le début de la compétition, ces deux nations avaient la réputation de développer un jeu flamboyant et offensif, ce qu’ils ont moyennement confirmé au fil des matchs.

 Du côté des Pays-Bas il n’est plus question de parler de « football total » comme on se plaisait à le dire dans les années 1974 et 1978 et ceux malgré le potentiel offensif de ces joueurs à l’image de cadres comme Wesley Sneijder vainqueur de la ligue des champions avec l’Inter Milan ou d’Arjen Robben et Mark Van Bommel finaliste de cette même compétition avec le Bayern Munich. L’équipe néerlandaise ne donne pas l’impression de forcer son football mais son réalisme offensif est désormais sa marque de fabrique en 2010 et pour preuve, si l’on regarde pour exemple leur dernier match face à l’Uruguay, les Oranjes cadre à sept reprises sur leurs onze tentatives pour trois buts marqués.

C’est aussi une équipe qui est capable de changer de rythme quand elle le souhaite, et même de presser l’adversaire quand il le faut avec des attaques placés. On a souvent reproché à cette sélection l’individualisme de ces joueurs, notamment ceux du secteur offensif à l’image de Van Persie ou encore son mauvais esprit dans le jeu et là encore, un joueur comme Van Bommel est un exemple tout trouvé. Malgré cela le collectif s’est montré de plus en plus solidaire au fil des matchs et leur demie finale contre l’Uruguay est sans doute leur match le plus abouti.4773587059_cfdcb23b97.jpg

L’équipe espagnol est quant à elle celle qui a le moins bien démarré son premier match de poule parmi les favoris avec une défaite 1-0 face à la Suisse. Il en fallait visiblement beaucoup plus pour déstabiliser cette formation puisqu’elle n’a enchaîné que des victoires depuis ce revers avec un jeu toujours aussi conquérant. De toutes les équipes qu’on a pu voir, elle est celle qui est restée le plus fidèle à son identité de jeu, marquée par sa maîtrise de possession de balles. Cet aspect a jusque là toujours réussi à la Roja, écœurant ses adversaires à l’usure avec sa conservation de balle parfois outrageuse. L’origine de ce jeu tout en passe est certainement empreint du jeu barcelonais dont ses joueurs composent plus de la moitié de l’effectif espagnol.

Les rois de la passe à dix ont à priori une équipe un peu plus solide que les hollandais en ce qui concerne le compartiment défensif (seulement 2 buts encaissé en 6 matchs contre cinq pour les néerlandais), elle possède l’une des meilleures charnières du monde avec  Puyol et Pique, tous deux habitués à jouer ensemble à Barcelone. Petit avantage à l’Espagne, d’autant plus qu’elle peut s’appuyer sur le génie de David Villa, très certainement un des meilleurs joueurs de cette coupe du monde et pour le moment le meilleur buteur de la compétition avec cinq réalisations, il porte parfois à lui tout seul cette sélection.4772875902_efb1ff4ed0.jpg

Il reste maintenant à savoir  si les deux équipes s’affronteront de forte belle manière pour le bien du spectacle sportif ou s’ils vont se craindre en accouchant d’un match fermé. Quoi qu’il en soit, cette coupe du monde sud-africaine a démarré péniblement pour augmenter en intensité, en spectacle et en niveau de jeu de manière crescendo. Espérons donc  un final grandiose qui marquera, pourquoi pas les esprits et l’histoire de la coupe du monde toujours dans une ambiance de fête. En attendant la cérémonie de clôture et la finale, je vous propose en avant goût d'écouter l’hymne de la FIFA composé par Franz Lambert (vidéo ci-dessous) qui vous mettra j’en suis sûr l’eau à la bouche.

 

HB

 

Commenter cet article