Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qualification pour l’Euro 2012 : de la peur au rêve bleu

Publié le par hb

La rencontre de mardi soir a belle et bien montré que dans le football tout va très vite, aussi bien sur le terrain que dans la presse avec les unes qui vont avec. Hier soir, l’équipe de France a su répondre contre toutes attentes aux interrogations suscitées par la défaite 1-0 au stade de France en gagnant 2-0  face à la Bosnie-Herzégovine (Benzema et Malouda). Les hommes de Laurent Blanc ont contrairement au match de Vendredi su se libérer et être plus tranchant dans les phases offensives. Il faut dire aussi que la dernière victoire des bleus remonte tout de même au France Costa-Rica du 26 Mai dernier.

 

Si l’on doit comparaitre les deux matchs de l’équipe de France commençons d’abord par leurs adversaires qui n’avaient pas le même jeu, car si on regarde par exemple le scénario Biélorusse, on a pu remarquer l’attitude d’une équipe très regroupée en défense misant leur chance d’occasions, très rares en contre-attaque et finalement récompensée en toute fin de match par un but "hold-up". Tout l’inverse des Bosniens qui avaient décidé dès le début de faire parler leur puissance physique pour dicter le jeu, ce que cette équipe n’a d’ailleurs presque jamais su faire, se comportant parfois même comme une équipe jouant à l’extérieur. Chez les bleus, le fait d’avoir joué au stade de France à du inhiber plus d’un joueur surtout pour les moins capés dont le lieu de la rencontre fut une première pour certains.

 

De Saint Denis à Sarajevo, le jour et la nuit

 

Contre la Biélorussie, les bleus ont surtout pêché dans le jeu offensif avec un manque flagrant de percussion et des transmissions de balles souvent approximatives. Tout l’inverse à Sarajevo où on a vu une équipe conquérante dans les duels et entreprenante en attaque même si cela s’est agrémenté en première mi-temps de beaucoup  de déchets techniques. Mais au vue de la situation dans laquelle la France s’est mise, on pourra en faire abstraction surtout face à une équipe bosnienne qui est (il faut bien le dire) passée à côté de son match.

 

Le 4-3-3 de Laurent Blanc a visiblement permis aux joueurs de fournir une meilleur animation de jeu, avec le duo  Diaby-Valbuena particulièrement brillant. L’un couplant parfaitement un travail de milieu défensif et de meneur de jeu tranchant en attaque, l’autre remplissant parfaitement son rôle offensif en combinant très souvent avec le gunner particulièrement, mais surtout remarquable par son travail défensif souvent pour venir en aide a Sagna.

 

Karim Benzema pour sa première titularisation sous l’ère Blanc parachève la réussite tricolore en ouvrant le score par un exploit technique dans la surface de réparation, manquant même en toute fin de match la balle du 3-0 qui aurait été pourtant mérité. Il montre par la même occasion que dans une période pauvre en but, il est l’un des attaquants du futur en équipe de France.

 

Bilan des deux confrontations

 

Sur le plan comptable, la France a réussi à faire mieux que de sauver les meubles  puisque le nul des roumains et biélorusse leur on permit de mieux se placer dans la course à la qualification, à égalité de points avec la Bosnie et à une longueur de l'Albanie et la Biélorussie. La rencontre de vendredi dernier nous a sûrement montré que cette sélection n’était pas complètement préparée à jouer devant 80 000 français dans une enceinte aussi symbolique que le stade de France où la pression et l'énorme attente du public ont eu raison de leurs performances sur le terrain. Il a fallu attendre le deuxième match pour s’en douter un peu plus quand on voit l’équipe jouer d’une tout autre manière. Certains observateurs vont même un peu plus loin en parlant même de match référence en Bosnie mais il est en réalité encore tôt pour le dire, il est en revanche plus judicieux de dire que certains joueurs ont « marqué des points » comme Laurent Blanc l’a souligné hier en conférence de presse.

 

L’équipe de France aura désormais dans le viseur les deux prochaines confrontations au mois d’Octobre face à la Roumanie et au Luxembourg (au stade saint Symphorien) qui montreront cette fois-ci si la machine tricolore est réellement en marche. 

 

http://www.lunion.presse.fr/media/imagecache/article-taille-normale/afp/2010-08/2010-08-26/photo_1282804366993-5-0.jpg

 

 

HB


Commenter cet article