Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Viande Halal: Le cheveu sur la soupe du débat électoral

Publié le par hb

      Ces dernières semaines ont été marqué par la polémique sur la viande halal lancée par la candidate Front nationale à la présidentielle lors de son meeting à Lille le samedi 18 février mais aussi par la réplique présidentielle le samedi 3 mars en faveur d'un étiquetage de la provenance de la viande selon sa méthode d'abattage. 

 

 

Si l'on croit les récents sondages sur l'intérêt des français, vis à vis de la campagne présidentielle, les débats ne passionnent ou n'intéressent pas assez la majorité des français. Voilà déjà un signe alarmant qui montre que les candidats ne débattent pas des sujets les plus préoccupant ou n'apportent pas les bonnes propositions attendues. Comme si cela ne suffisait pas, Marine le Pen vient sonner le hallali au débat public en affirmant devant un auditoire en transe lors de son meeting à Lille que la viande consommée en Ile de France et issue d'abattoirs faisant exclusivement du halal. Une affirmation dès lors vite démentie par les représentants de la boucherie française. Cela faisait quelques temps que la candidate front national, toujours à la recherche de parrainages, n'avait pas servi ce menu aux épices stigmatisantes à l'endroit des musulmans de France. Il faut croire que cette envie la démangeait à tel point qu'elle eût à assouvir cela en meeting. Sa sortie sur le halal n'a toutefois pas réussi à renchérir sur celle du ministre de l'intérieur, Claude Guéant, qui a réussi le vendredi 2 mars lors d'une réunion politique a immiscer le halal dans un débat sur le droit de vote des étrangers aux élections locales ! 

Malheureusement ce genre de sortie appâte sans le moindre mal la scène médiatique, et la mécanique semble bien huilé depuis sa prise de fonction au sein du parti frontiste. Ce qui doit, par la même occasion, la stimulée puisqu'elle même le croyant, tous les sujets polémique qu'elle soulève seraient des problèmes de société essentiels et nécessaires à mettre en lumière. Bien que cet énième sujet scabreux soit lancé à une période électorale où le monde de l'information et à l'affût des moindres faits et gestes des candidats, surtout ceux pesant le plus dans les sondages, le sujet n'a, dans un premier temps, suscité pas plus d'échos que prévu. L'originalité, si l'on le peut qualifier cette chose ainsi, réside dans la réaction du Président-candidat, visiblement esclave de ce réflexe pavlovien et commun d'une grande partie de la "droite populaire", qui est de courir après le lièvre Front national. Voilà donc la cinquième puissance mondiale débattant de viande halal, un sujet apparemment vital si l'on croit le Président-candidat, sortant comme prétexte un sondage dont il s'est gardé de préciser la provenance.  

 

 Bourde présidentielle ?   

 

Beaucoup ont parlé de dérive, de tentation ou d'appels du pied vers l'extrême droite de la part du président Sarkozy. Ces commentaires relèvent en effet la logique UMP d'extrême droitisation par le discours, ou par la petite phrase dans le but clair de réitérer le même syphonage de voix frontiste réalisé en 2007. Or, cela n'a échappé à personne, cinq ans se sont écoulé, et son discours et devenu désormais inaudible, pour plusieurs raisons dont les plus évidentes restent son bilan présidentielle décrié et ses changements de directions incessantes dans les propositions. Le cap de la dérive droitière semble le seul visible mais cette proposition d'étiqueter la viande selon qu'elle soit halal ou cachère prend en réalité le train de ses erreurs avouées lors de l'émission "des paroles et des actes" de mardi dernier où l'on a vu pour la première fois M. Sarkozy dans une séance de mea culpa. Sans l'avouer directement comme une erreur, la proposition a été justifier de manière maladroite comme si le candidat sortant voulait montrer son malaise tout  en l'évoquant au passé, ce qui marque bien sa caractéristique éphémère, car plus qu'une proposition, ceci n'est fait que pour rechercher l'effet d'annonce et accessoirement des voix au FN.

L'autre différence entre cette année et 2007 s'agit du candidat choisi par le parti socialiste qui contrairement à Ségolène Royale a décidé de garder le cap de sa campagne ainsi que son rythme tout en répétant qu'il veut garder une hauteur dans le débat. La carte de la quasi indifférence est jouée face à ces polémiques comme si face à ce disque rayée sarkosyste le meilleur remède est de mettre des boules-caisses. Les échéances approchent et la tentation de certains candidats à vouloir tirer le débat politique vers le bas aussi, ce qui est dommageable en fin de compte car la crise économique et la situation générale du pays amènent de plus en plus de gens qui peinent à remplir leur réfrigérateur et pour ceux là, le problème n'est pas de savoir si la viande qu'ils consomment est halal, mais si il pourront un jour reconsommer de la viande sans avoir à passer par les Restos du coeur ou d'autres associations semblables.

 

 

HB 

Commenter cet article